mardi 20 décembre 2016

Karamara : manger Ethiopien à Tours

Plusieurs fois que je voyais passer ce restaurant sur Groupon.
24e pour deux au lieu de 32.
J'avais un code de réduction de 10% supplémentaire, donc cette fois ci, je n'ai pas hésité.
Pas le choix du plat, mais c'était aussi bien ainsi : j'avais envie de découvrir le Ye Feseg.




Le plat se présente dans un panier plat en osier, le Massob.
Un bel assortiment de légumes, viandes en sauce, oeuf dur. L'ensemble était très savoureux, mais coup de coeur pour le poulet Doro Wat, la sauce etait juste terrible !



On a chacun deux injera, des galettes à base de farine de sorgho.
C'est ce qui nous servira de ... couverts. Ici, point de fourchette, couteau, cuillère ou baguettes. Juste nos doigts et la galette. Je vous conseillerai juste d'éviter ce genre de resto pour un premier rendez-vous galant ?

L'accueil était chaleureux et simple, la déco mettait bien dans l'ambiance, et même si la salle est très étroite, donc peu de tables (pensez peut-être à réserver si vous y aller le vendredi soir ou le samedi), on s'y sent  bien.




A découvrir, même si ca me parait un peu cher.

vendredi 16 décembre 2016

Je suis hyper-acousique ( et j'ai des acouphènes, aussi).


acouphenes
Les acouphènes sont plutôt connus.
Tu sais, ce sifflement aigu qui empoisonne la vie de 2.5 million de personnes, soit 15% de la population française.
Ça peut aussi se traduire par des bourdonnements, des grésillements, des pulsations intermittentes ou permanentes, jusqu'à 8000 Hertz.

Pour situer, mon acouphène est à la seconde 0.33 de la vidéo.
Si vous voulez écouter d'autres intensité :
http://www.france-acouphenes.org/index.php/pathologies/acouphenes/entendre-des-acouphenes

Souvent, ces acouphènes s'accompagnent d'une perte d'audition et d'hyper-acousie.
http://www.youtube.com/watch?v=4vVuGYWy2Do

Et forcement, c'est mon cas.
La totale.
Je me considère malgré tout comme chanceuse, car cela n'handicape pas mon quotidien.
J’entends mal mais j'ai plus ou moins appris à lire sur les lèvres. Souvent, je n'ai pas entendu le début de la phrase, juste un amas de sons que j'essai de "traduire" en mots. Si je n'y parviens pas, je fais répéter la personne, et je fini par l'informer que désolée, je suis à moitié sourde...

Le sifflement est omniprésent, je ne me souviens pas avoir vécu sans. Il n'y a pas eu d'éléments déclencheur (concert, détonation ...).
L'orl m'a apprit qu'on pouvait naitre avec. Ou plutôt, naître avec une surdité partielle, qui génére des acouphènes.
C'est juste désagréable en journée et ça rend mon endormissement difficile.
Non, ce qui me dérange le plus, c'est l'hyperacousie.

L'hyperacousie, quoi qu'est-ce ?
Il s'agit d'hypersensibilité aux bruits.
Les seuils de tolérance des hyperacousiques est moins élevé que les moyennes des gens.
Certains bruits, au delà d'un certain décibel ou tonalité (aiguë ), devient carrément douloureux.

Un tintement de vaisselle, une voix trop forte, un klaxon, des miaulements ou aboiements trop stridents ... ça me crispe, ça fait un pic de douleur dans le cerveau.
Je suis obligée de fermer les yeux, d'anticiper les prochains bruits, m'y préparer pour tenter d'en atténuer les effets.

Autre conséquence : lors d'un repas de famille ou d'une réunion de bureau, quand tout le monde parle, ça m’abrutis, j’entends comme dans du coton et ça se termine par un mal de crâne.
A force, c'est dérangeant, fatiguant voire dé-sociabilisant.

Mais comme je disais au début, je suis chanceuse.
Pour certain, ce cocktail acouphène/perte d'audition/hyperacousie est tellement intense qu'ils sont en incapacité de travail. Ils ne supportent aucuns bruits, pas même le bruissement d'une feuille. Les sifflements recouvrent tout, à s'en taper la tête contre les murs.

Tout de même.
Ce n'est pas parceque mon cas est modéré et que mon combo de défaillances auditives est supportable que je ne dois rien faire.
C'est le déclic que j'ai eu en feuilletant le livre de P.Barraqué en librairie.
"Dites non à vos acouphènes". Vendu avec le CD : 1h de bruit thérapeutique (bruit blanc, rose, brown, violet, bleu, gris, et Rythme cérébraux Alpha/Théta ).
Je l'ai acheté.

La cause des acouphènes :
Grâce à ce livre, j'ai appris que les acouphènes était une façon pour le cerveau de combler les fréquences laissées vides par la perte d'audition.
Un peu comme lorsque qu'une personne amputée continue à ressentir sa jambe.
Sauf que là, le membre fantôme se perçoit par un son.
Sifflement, bourdonnement, chuintement, pulsation, et dans 75% des cas, des sifflements qui peuvent atteindre jusqu’à 8000HZ ( à savoir que la perception humaine est de 20 à 2000HZ. Et que l'armée américaine utilisait des fréquences de 2000 à 20000HZ en guise de torture)
Cela peut être causé par un choc traumatique (opération, musique trop forte, bruit d'explosion) qui détériore l'oreille.


La cause de l’hyperacousie :
L'acouphène modifie la perception des sons courants, et dans 40% des cas, les amplifient et les rend intolérables.
Le tintement d'une cuillère contre une tasse devient une torture, le brouhaha d'une foule devient assourdissant.
Le livre n'est pas très clair sur la cause, il s'agirait d'une conséquence d'un traumatisme (stress, relationnel, lésion oriculaire...).

http://www.orpac-grasse.com/pages/les-pathologies-traitees/acouphenes.html


Une prochaine fois, je te parlerais des remèdes proposés.
On ne sait jamais. Tu es peut-être concerné, ou une personne de ton entourage ?

mardi 13 décembre 2016

Film : "Célibataire , mode d'emploi" [how to be single]


Les comédies légères, c'est un peu la roulette russe.
Si c'est mal fait, humour trop potache, trop cliché, ça devient vite insupportable.
C'est un peu ce que je craignais avec "Célibataire mode d'emploi", sorti récemment.

Mais ma foi ...
Peut-être parceque j'ai vécu quelque temps ce statut de célibataire (subi ... puis quasi-heureuse de l'être), les réflexions sur la nécessite d'apprendre à vivre seule, s'épanouir sans avoir besoin d'une béquille ... bref, j'ai trouvé ce film assez pertinent.



L'histoire : A la fin de leurs étude, une jeune femme impose un break à son petit ami, car elle a besoin de "se retrouver".
Évidemment, lorsqu'elle se sent enfin prête à construire quelque chose avec lui ... il n'est plus disponible.
Commence alors sa vrai vie de célibataire.

On la voit évoluer, ainsi que les personnages qui gravitent autour, en quête de connaissance de soi, puis d'histoire d'un soir, ou de l'Amour, oui oui, celui avec un grand A.

Un humour souvent en bas de la ceinture, un peu cru mais plutôt bien dosé,
ambiance sex and the city.
Plaisant et divertissant, on passe un bon moment.
Et je crois qu'on ne demande pas beaucoup plus de ce genre de film !

Sorti en 2016
De Christian Ditter
Avec Dakata Johnson, Leslie Mann, Rebel Wilson, Alison Brie.

vendredi 9 décembre 2016

Restaurant "Le France" {Gramat, Lot}

Le mois dernier, j'étais en visite chez mon père dans le sud.
Gramat.
Joli petite ville.
Petite balade automnale, comme l'an dernier.  J'aime beaucoup les paysages du Lot  ...

Mais là, il s'agissait de trouver un endroit où se restaurer.
Et en 10 ans ... on a tout testé !
Oui, les  -12  restaurants de Gramat.
(Excepté le kebab)(mais bon ...)(bref.)

Sauf que ... un des bar-brasserie de la place du centre a changé de propriétaire, et donc de carte.

De déco, aussi.
Avant, j'avais à peine remarqué qu'on pouvais y manger. Pas de séparation,  aucune distinction entre la salle et le bar.
Il n'y a toujours pas de cloison, de notre table on voyait le comptoir, mais les tables sont joliment dressées, en entrant on voit qu'on est au restaurant.



On y mange :
Des spécialités du sud-ouest.
Par exemple, l'entrée qu'a prit mon père, une poêlé de cèpes :




Mais aussi : des burgers maison, du magret, fois gras ... et même une variante locale de la tartiflette. Dit ainsi, c'est étrange, mais : pomme de terre, rocamadour, magret)


Et et et ... ils se sont spécialisés dans les fondues.
Savoyarde, bourguignonne.
Et et et ... une version locale, que j'ai choisi, parceque je n'avais jamais vu ca.



Comme une bourguignonne, mais avec du magret de canard à la place du boeuf. La classe non ?
Tu gères ta cuisson.
C'est ludique.
Et les sauces étaient très bonnes :
Cèpes
Roquefort
Échalotes
Cantal entre-deux.

Je me suis juste ... régalée !
Simple, original et efficace.
(Petite experience : cru, c'est pas mauvais non plus)

Mon père a prit un magret, sauce cèpes :


En dessert :
Moelleux choco,  et tiramisu spéculoos. Trop bon !



Donc, une bonne surprise, à refaire !

mardi 6 décembre 2016

Japon. Tokyo, jour 2

Je continue le recopiage de mon carnet.
Si tu as loupé le début, je t'invite à lire mes journées précédentes au Japon  😆



MERCREDI 6 AVRIL

Réveillée à minuit et demi, discuté avec mes amis, puis mon chéri. Vive le décalage horaire.
Me rendors, de 3 à 8h. Je me prépare, et à 9h, go parc Ueno.

japon


Superbe avec ces cerisiers en fleur. Je m'arrête plusieurs fois. Lire, écrire, profiter. J'aime vraiment être seule, et me balader à ma guise. Je ne pensais pas autant apprécier. Là, au moment où j'écris ces lignes, je suis en haut d'une butte, quelques bancs de pierre.
Deux hommes, un qui dort, l'autre qui mange.
Brouhaha de la foule derrière, des cri de canards, ou autre volatiles.
Balade dans le parc Ueno donc, vraiment agréable, sous les cerisiers en fleurs. Beaucoup de monde mais en s'éloignant des allées centrales, quelques coins préservés, et calmes.
Le fameux zoo de Ueno : trop cher et pas envie de payer pour voir un zoo.

Petit déj': poisson grillé sur son pic.
japon

japon



Amego yokocho : tout un marché food, fringue, à s'y perdre.
Ce que je fais allégrement.

japon


Je rentre dan un grand supermarché, beaucoup de locaux qui y faisaient leurs courses, je me dis que ce n'est pas une arnaque à touriste. Bim, 2500Y (20e) de friandises, possible que je reviendrais ici, pour les emplettes de retour.


Je tombe sur un petit sanctuaire, caché derrière Ameyo.
japan sanctuary





Je cherche un endroit où manger, je ne veux pas de ces enseignes tape à l'œil. Un boui boui, une gargote, ça m'ira ...

Ce resto dont le nom n'est pas en lettre occidentale, longue file d'attente de locaux. Go there !
japon



Un long comptoir de 15 places et juste derrière, une enfilade de chaises pour ceux qui comme moi, patientent pour avoir une place. Je commande un chilled pork (tonkasu, (porc pané) d'après ce que je vois dans les assiettes. Et crevettes grillées. Je crois)

C'était délicieux. La crevette et le porc étaient accompagnés de chou cru et sauce teriyaki, de riz, d'une mini salade. Soupe miso aux mini moules, succulente, et thé matcha à volonté.
8.50 euro.
Prix tellement dérisoire !

Ambiance: les employés parlaient à tue-tête, interpellant les clients. Authentique, aucun occidental, excepté moi.


Je remonte vers Yanata. Au lieu de prendre la voie principale indiquée par google map, j'aperçois ce plan d'eau, dans le prolongement de Ueno. Je préfère passer par là. J'ai bien fait, il y avait des échoppes, un festival musical, avec des artistes très variés.


Yanata. Plus traditionnel, surtout le chemin pour y parvenir (encore que. On traversant le quartier Français... marrant mais pas très dépaysant ). Et un joli sanctuaire et cimetière, apaisant.
En T-shirt, il fait de plus en plus chaud.
Je me pose 1h. Bavardage avec mes amis, puis Rémi.
Béni soit le wifi.

Yamanote (le train circulaire) pour voir Akihabara. Très clinquant, grand bâtiment, manga, jeux video, du bruit, des lumières.
Pas mon coin préféré.
japon


Yamanote pour rejoindre Elise (une instagrameuse    qui venait tout juste de s'installer à Tokyo) à Naka Meguro.


Tout le long du fleuve, les cerisiers en fleurs, avec lampions roses clairs dans la nuit qui tombait. Très sympa, on a bien discuté.
Puis resto vegan, qu'on a eu du mal à trouver. 1200Y.

Je rentre, métro, 22h.
147450 yen - 2500 - 1200 -600 = 143150e
soit 1141e
dépensé au total: 145e
reste: 1055e



jeudi 1 décembre 2016

Maison Brémond : la Provence en Touraine.

Hiiii, il y a une nouvelle épicerie fine en ville !
(Tu sens l'hystérie sous-jacente ? Ceci-dit, si tu as lu  le sous-titre de mon blog... Citadine et gourmande. Tu étais prévenu !)
Donc, Maison Bremond. Je ne connaissais absolument pas. J'ai reçu un mail de leur part m'invitant à passer à la boutique pour me faire découvrir leur gamme de produits. J'avais prévu de me balader en ville le samedi suivant, et j'allais forcément passer par le haut de la rue Nationale, donc pourquoi pas.



La boutique est accueillante et bien agencée. Envie de tout goûter ...
En fait, La Maison Brémond c'est une institution culinaire en Provence, depuis 1830. Rachetée par Olivier Baussan (le fondateur d'Occitane en Provence et d'Olivier and Co), l'enseigne s'implante à travers toute la France.
Des gourmandises du sud tout en restant à Tours, l'idée me plaît !

On y trouve quoi ? 
Des huiles d'olive et des vinaigres. 
De différente maturité, natures ou aromatisés.





J'ai eu droit à une dégustation : la progression des saveurs et des textures est vraiment étonnante.

Mes coups de cœur : l'huile d'olive "nouvelle" (un peu comme le beaujolais !) mise en bouteille il y a seulement quelques semaines.
Et puis, le vinaigre balsamique blanc, je n'avais jamais eu l'occasion d'y goûter.
Enfin, l'huile d'olive aromatisée à ... la mandarine. Je craignais le coté sucré et écœurant, mais c'est vraiment bien équilibré. A tester sur des carottes râpées, du poisson ou du magret, ou encore une salade de fruits.



En vinaigre, celui au piment d'Espelette est bien dosé également. On sent à peine le piquant et c'est vraiment la typicité du condiment qui ressort.



J'ai re-découvert les navettes, ces petits biscuits, traditionnellement à la fleur d'oranger. 
Je les connaissais industriels : extrêmement dur, à tremper dans le thé pour éviter de se casser une dent.
Ici, texture sablée, léger, très agréable.






Sur les étals, également :  
des calissons d'Aix, du chocolat, des confitures, des fruits confits ...
du foie gras, des tartinades d'olives, anchoïades, terrines, alcools ...
D'authentiques produits du sud.

Bref, il y a du choix.
Bref, j'ai craqué et ai acheté de quoi faire quelques colis gourmands pour Noël. Me suis aussi acheté de quoi me faire plaisir, à moi. Bhen oui, tout de même !!

Pour une idée des tarifs, voici un extrait de ma facturette : 
(quand je te dis que je me suis lâchée ...)


Leur site internet
Adresse : 24 rue Nationale, Tours.


Adresse :

lundi 28 novembre 2016

Si tu veux m'offrir un cadeau ... {wislist}


Noël approchant, il est temps de faire sa liste.

J'voudrais bien ...

de la FOOD :
Des produits d'épicerie fine, un ptit panier garni et je suis ravie.
Je suis plutôt bec salé, même si ... les tartinades (coco, spéculoos ...) de l'enseigne "Le comptoir de Mathilde"  me font craquer.
En fait, c'est bien simple, tout me donne envie dans cette boutique. (62 rue Nationale, sous la galerie de la Fnac, à Tours) (ils ont une boutique en ligne, aussi)

food


Sur le site "Bien Manger" , beaucoup de bonnes choses aussi.

Du thé, des tisanes, heu ... de la bière ?
Allez ... 😆

Des LIVRES :
Ce n'est pas raisonnable, car tout la colonne de droite de ma bibliothèque ... ce sont des livres non lus.
bibliotheque


Mais il y ces auteurs à best-seller dont j'ai lu tous les ouvrages ... sauf que là, j'ai du retard :
* Dernier Werber - Demain, les chats
* Les derniers  King : Joyland / Dr sleep / Revival
* Dernier Maliki - tome 7 Hanami
* Les derniers Legardinier  : ça peut pas rater / quelqu'un pour qui trembler.
* Les derniers Gounelle (le jour où j'ai appris à vivre / Et tu trouveras le trésor qui dort en toi)

J'aime bien aussi les livres de vulgarisations scientifiques, ou sur les médecines naturelles, alternatives et intégratives,  la nutrition ...
Ainsi que les recueils de nouvelles.


Voila voila ...
Je ne suis pas très bijoux (éventuellement pendentif collier), encore moins parfum ou fleurs, les fringues c'est toujours délicat à offrir, les cosmétiques ce n'est pas mon truc à moins qu'ils soient méga bio, voire fait maison ...

Sinon, les cadeaux immatériels, c'est bien aussi. Un resto, la promesse d'un séjour qui dépayse un peu, une jolie lettre.
Ou quoique ce soit qui me fasse découvrir l'univers de la personne qui prend le temps de choisir et m'offrir un cadeau

Et toiiiii, tu veux quoiiii pour Noël ?

 

jeudi 24 novembre 2016

Mon carnet de sorcière 2017.

Je n'utilise jamais d'agenda.
Papier, j'entends.
Car j'use et abuse de celui de mon smartphone.

Alors, pourquoi diable ai-je acheté cet agenda 2017 ?
D'une, il est super beau. Mauve. Ma couleur préférée.
De deux, les sorcières et moi, on a quelques intérêts communs. Tambouille, potions, plantes médicinales ...
De trois, ce grimoire (Pardon. Cet agenda) est bien conçu :

agenda
Des potions donc, des anecdotes magiiiiiiques et des info sur les plantes, j'adore.


Oui, mais ... tu n'utilises pas d'agenda !
Oui, bhen ... je m'en servirai autrement ☺

Tu connais le principe des "3 kiffs par jours " ?
Et bien cela va m'aider à m'y tenir.
Ca va me servir de micro-journal intime, en notant les événements très marquants de la semaine.
Ou de petites réflexions fugaces.
De mini to-do-list.
Ou ... je ne sais encore bien, j'aviserai !
 ( Un peu comme un bullet journal, budo pour les intimes)

Acheté à la Fnac (il n'en restait plus qu'un ! Hiii, je le prends, viiiite !),
15e
Auteur : Denise Crolle-Terzaghi


samedi 19 novembre 2016

Film : Marguerite et Julien

A la lecture du synopsis, j'étais un peu inquiète . Un peu, d'avance, soupçonneuse. Je craignais d être mal à l aise.
Un frère et une sœur qui s'aiment.
Pas une demi-fraterie, non. De vrais frère et sœur.
Et s'aimer, non pas d'un amour filial, mais comme des amoureux transis. Avec tout ce que ça implique de charnel. De scandale social. De honte, non-dit, bravoure.
Je craignais que le parti-pris du film me force à adhérer, à ... prendre parti.



Mais force est de constater qu'on en vient, même malgré soi, à espérer ... on se dit qu'ils ont joué de malchance, que s'ils étaient nés autrement ...

Filmés de telle façon, quasi factuel (à savoir que l'histoire est tirée d'un fait réel) que les émotions des protagonistes de chaque"camps" sont parfaitement retranscrites.

Quelques longueurs toutefois , surtout au début.
Et puis, le fait qu'on peine à situer l'histoire ... une impression persistante d' anachronisme volontaire qui confère à l' ensemble une sorte d' universalité. Je ne saurai dire si j' ai ou non apprécié cet aspect.

Dans l'ensemble, un bon film.

mardi 15 novembre 2016

Resto : "Aux pieds sous la table" {Toulouse}

La dernière fois, je vous parlais de ma visite de Toulouse, petit parcours d'une demi-journée. Le midi, j'y ai retrouvé de la famille, cousines, cousins et ma tante pour partager un repas au restaurant.

Comme nous étions nombreux, j'ai pu prendre toutes les plats de la carte en photo.

Les entrées : 



C'est vraiment joliment présenté !
J''ai choisi le plat du milieu, l'oeuf mollet, cuit comme il faut, bien coulant à la découpe.

La crème de brocolis était bonne.
Le jambon relevait un peu le tout.

Je vous met le menu. Il change tous les jours, mais c'est pour que vous voyez à quoi correspondent les autres plats en photo :




Plat :





J'ai opté pour le fish'n chips.
La panure etait moelleuse et légére, on ne sentait pas le gras de la friture.
A contrario, la sauce béarnaise maison était un peu trop riche, donc écoeurante. Très bonnes frites, bien charnues.

Dessert :




Je n'avais plus faim donc je me suis contenté de piocher dans le pain perdu, dans l'assiette de ma cousine.
Pain biiiien imbibé, moelleux, caramélisé, parfait.

Le décor :




Rustic' chic !
Et le service était agréable.

Donc, un bon restaurant, un peu excentré mais il vaut le détour.

Pas de site internet, mais une page facebook très active , où est annoncé le menu, qui change plusieurs fois par semaine.

Aux pieds sous la table
4 rue Arnaud Bernard
31000 Toulouse