dimanche 30 octobre 2016

Lettre à l'automne.

"Je reconnais, oui, le charme que certains t'octroient.
Jolies lumières du couchant, camaïeu d'ocre au sol comme aux cîmes.
Le refuge auquel tu les contrains; se calfeutrer sous un plaid polaire, avec un thé ou autre boisson réconfortante. Qui sait ? Quelques biscuits ?
Le luxe de se poser, sans bruit, et lire ?
Faut-il vraiment t'attendre pour cela ?
Quoi d'autre. Te remercier pour l'indulgente transition vers ces temps plus rudes ?

Rien de tout cela ne compense la sombre nostalgie que tu apportes, jusqu'à célébrer les morts.
Rien n'excuse cette langueur distillée par l'obscurité qui grignotte la journée.
Mais surtout, surtout. Ce froid insidieux qui ronge et paralyse. Me paralyse.
Jusqu'à la prochaine saison. Plus froide encore mais plus franche. "




Telle est la lettre que j'adresserais à l'automne.
Je ne suis pas la seule à ne pas aimer cette saison :



Parceque j'ai les doigts qui deviennent tout gelés, parceque j'ai besoin de deux pulls pour me réchauffer, parcequ'il fait nuit sans arrêt (et quand il fait jour, je suis au bureau. Et le week end, il pleut ou il fait trop froid pour mettre un pied dehors ... moi qui aime tant vadrouiller à droite à gauche ...)

Bref, je me gorge des derniers rayons de soleil,
j'emmagasine chaque once de chaleur,
je squatte le balcon ou un parc dès que la température dépasse les 20°,
je stocke, je fais le plein de mélatonine, en prévision des jours glacés.

C'etait le 16 octobre. J'veux du soleil !
Pour me suivre sur Insta, clic là :
ma page Instagram


Je suis née dans le sud, ce doit être dans mes veines.
Je suis une fille du soleil. Paradoxe de mon prénom.

lundi 24 octobre 2016

Restaurant "Les fils à maman" {Tours et partout ailleurs}

Retomber en enfance.
Déco chinée tendance rétro-geek, mur tapissé de dessins animes des années 70-80, musique de l'époque, mobilier d'écolier et surtout ... une cuisine régressive et réconfortante.



Les fils à maman, c'est un restaurant qui a ouvert il y a quelques mois à Tours, au 24 rue du grand marché. L'enseigne est également présente dans d'autres villes, je mets la liste en bas de l'article.
Enseigne créée initialement à Paris par trois amis d'enfance, l'idée était de reproduire les plats que leur servaient leurs mamans.
Du fait-maison dans l'assiette donc, des produits locaux, mais parfois aussi de l' industriel (smarties, kinder, babybel).

On a eu la chance de goûter tout un assortiment de plats proposés à la carte.



En apéro, mojito.
Un vrai. Avec sucre de canne.
Et pas trop de glaçons. (Ceux du Café Marcel par exemple. 3/4 du verre rempli de glaçons. L'arnaque)



Énormes nuggets de poulet / nems de chèvre  super savoureux / croquettes de babybel crousti-fondant.
Coup de coeur pour le nem et les croquettes.



Verrines de tartare : l'une au saumon et rice crispies, l'autre au boeuf.
J'ai adoré la première, moins la seconde. Parceque je suis habituée aux tartares très assaisonnés (tabasco, cornichons, câpres ... là, point de tout cela).






Mini burger au cheddar / cordon bleu au chorizo.
Première fois que je mangeais un cordon bleu fait maison, franchement, c'est autrement meilleur que la version supermarché.




Barre nutella banane caramel (un bon ptit goût de banofee) / tiramisu kinder. (Très bon, mais l'appelation tiramisu, non. Il s'agit d'une crème-mousse, légère et délicieuse, mais point d'un tiramisu (où est le biscuit imbibé ? L'épaisse préparation au mascarpone ?) / moelleux choco-smarties.

On a donc bien mangé, ca m'a donné envie de revenir pour découvrir les autres plats de la carte. Notamment ceux du dimanche matin ... oui, ils ont une formule brunch !



A savoir également : tous les mardis, une maman de gérant ... vient cuisiner pour un des restaurants de l'enseigne.


Si tu n'es pas de Tours, tu devrais quand même trouver ton bonheur :



jeudi 20 octobre 2016

Un mois de Krav Maga : mon ressenti.

"J'en apprends tous les jours", dixit mon médecin généraliste lorsque je lui ai demandé un certificat d'aptitude sportive au Krav Maga.

J'avoue qu'il y a un an de cela, je n'en avais jamais entendu parler.
C'est en voguant de vidéo en vidéo sur Youtube, à la recherche de quelques gestes de blocage et d'esquive en cas d'agression, que j'ai découvert cette discipline.





Issue de méthodes de combat israéliennes. Hou, ça ne rigole pas.
J'ai choisi un club agréé par l'OIS (Opérative Israël System).
Le but est donc d'acquérir des réflexes de défense.
Des automatismes, de se conditionner pour neutraliser l'agresseur.
Et même sans aller jusque là, de se sentir confiante lorsqu'on marche seule,  dans une rue mal éclairée, à 1h du matin en rentrant d'une soirée avec des copines.

Ça fait des années que ça me trotte dans la tête, cette idée de prendre des cours de self-defense.
Alors pourquoi me suis-je soudainement décidée, là, en 2016 ?

Deux choses :
- j'habite désormais en ville et je me suis créé un bon petit réseau social (les avantages de sortir d'une relation trop fusionnelle). Je sors donc assez souvent, notamment le soir.
Y'a plus de bus à ces heures-là, donc je rentre à pied.
- Je voyage. A l'étranger. Seule. Et je ne me sens pas rassurée parfois, "en terre inconnue".

Donc, le Krav Maga.



A terme, le but est d'arriver à cela :


J'en suis à ma 4ème séance.
J'ai choisi un cours mixte (dans une logique de self -défense, je trouve étrange de choisir un cours exclusivement féminin. Je veux dire, en général, l'agresseur sera masculin. Autant s'entraîner avec des personnes de la force et de la corpulence auxquelles on risque d'être confronté). Un quart de fille dans notre groupe.

Echauffement, puis on apprend les mouvements et enchaînements face à une situation (étranglement avant, de côté, saisissement arrière, attaque au couteau (en plastique, je vous rassure!)), qu'on répète "dans le vide".
Puis avec des partenaires. Ce qui est appréciable, c'est qu'on s'entraîne autant avec des novices que des confirmés.
Et c'est vraiment formateur !

OIS Krav Maga, la section de Tours :




Personnellement, j'ai encore du mal à enchaîner naturellement et spontanément les mouvements. D'autant que je suis gauchère, il faut donc que je pense à tout inverser mentalement.
Mais allez, ce n'est que la 4ème séance.

Souvent, lorsque je commence un sport, je finis par manquer de motivation. Et abandonner en cours d'année.
Mais là, j'ai un réel but, ET, c'est à 5 minutes à pied de chez moi, ET, j'ai payé une blinde (350e. Ouaip).
Donc, ultra-motivée.

Et vous ?
Cette année, vous faites quoi comme activité ?
Ce type de sport vous attire, ou pas du tout ?


samedi 15 octobre 2016

L'anti-modeuse #3



Il y avait longtemps (un an !) que je n'avais pas posté une tenue ! Mais là, j'aimais suffisamment l'ensemble pour que j'ai envie de le partager.

J'avoue ... elle ressemble assez à la dernière fois. Même saison, même veste !



- Veste : achetée en braderie. 4€, pas plus.
- Écharpe : achetée dans un magasin pour homme, Jules. On ne dirait pas hein ? 10€
- Pull : tellement d'année que je l'ai ...je ne sais plus d'où il vient !


- Pantalon : Esprit. Acheté 5€ à une amie.
- Bottes : en solde, 40€. Dans une enseigne genre Gémo (désolée pour le manque de précision. Je ne suis pas blogueuse mode, et ça se voit !)
- le sac à main, style toki-doki, que tout le monde m'envie : 4e en braderie



Voila. Tenue simple, mais efficace 😆

mardi 11 octobre 2016

Recette facile : le blooming bread

Voila une recette on ne peut plus simple.

Une boule de pain. Que vous quadrillez au couteau.
Dans les interstices, vous glissez ce que vous voulez.
Idéalement, du fromage  (à raclette, roquefort, camembert ...) pour le côté fondant. Et de quoi  relever le goût : lardons fumés, chorizo, jambon, tofu aux herbes, pesto, tomates séchées ... toutes les combinaisons sont possibles !
Et hop, au four.



C'est convivial, à l'apéro chacun tire un pétale de la fleur (pain fleur. Bloom ...), on mange avec les doigts, c'est la fête.


En entrée, accompagné d'une salade, c'est top aussi et ça donne bonne conscience.
Parceque c'est un peu fat, oui.
Mais on est bientôt en automne aussi, alors ...



vendredi 7 octobre 2016

Prendre des cours d'auto-défense ?

[Repost - article rédigé il y a 2 ans. Je le publie car les choses ont évolué pour moi depuis, j'en reparlerai bientôt]

Il y a quelques temps de cela, une vague d'articles a suivi celui d'une jeune idiote , sur la vulnérabilité des femmes, et après les réactions de nombreux macho attardés sous le post de Jack Parker.
Ça m'a fait réfléchir.
Puis le témoignage de Diglee.
La réaction de Marion Point
Et de Tinhy.
Avec la lecture des articles de ces blogueuses, et des nombreux commentaires de femmes qui s'en sont suivi, je me suis rendue compte que je n'étais pas seule.

Parceque oui, auparavant, je pensais que j'étais juste parano.
Je suis rarement sereine, pleinement sereine lorsque je suis dehors.
Il y a toujours un soupçon d'appréhension, quelque chose de latent, de sous-jacent
Je pensais qu’accélérer le pas lorsqu'un type est derrière moi, rester aux aguets, flipper dès qu'il fait un peu sombre, changer de trottoir quand un gars un peu space arrive en face, rentrer dans un magasin pour laisser passer une personne à la démarche un peu louche ... je pensais que tout cela, c'était juste parceque je suis froussarde.
Et au final ... je me rends compte, que non.
Que la majorité des femmes ressentent cela, de façon plus ou moins intense, certes, alors que les hommes, eux, sont rarement dans cet état d'esprit.
Comme si la crainte était l'apanage naturel des femmes.

Par réaction à ce qu'on entend quotidiennement, par le conditionnement social, par l'habitude, par la victimisation ambiante. Voire par la culpabilisation sournoise ( "si tu étais pas habillée en jupe / si tu n'étais pas si bien apprêtée / si tu prenais moins soin de toi / si t'étais pas dehors à c't'heure là ... alors tu n'aurais pas peur de te faire agresser").
self-defense-femme

Personnellement, "j'ai de la chance", je ne me suis faite agresser que deux fois, et rien de dramatique. Juste des amorces d'agression je dirais.
Une fois, en allant au lycée, une femme bourrée, hirsute, qui m'a attrapée le bras, secouée comme un prunier parceque je n'avais pas de clope à lui donner. Qui a fini par partir, vociférante, mais ses insultes résonnent encore à mes oreilles.

La seconde fois, c'était à la fac. (Lycée, université ... c'est dangereux, d'étudier !!). Tous les soirs, je restais réviser, lire, me cultiver à la bibliothèque du campus, qui restait ouverte jusqu'à 22h00.
C'était le début de l'été, donc il ne faisait même pas totalement nuit. Sur le chemin pour retrouver mon 9m2, j'ai entendu une voiture rouler au ralenti derrière moi.
Arrivée à ma hauteur, la vitre se baisse et un type blafard, au crane rasé, musclé mais sec, des cernes de 3 cm sous les yeux, les pupilles dilatées ... le tout empestant la sueur, la clope et ... un je ne sais quoi d'indéfinissable, mais suffisamment immonde pour donner envie de courir loin, très loin.
Et évidemment, le voila qui se met à débiter dix insanités à la seconde, dont je te laisse deviner la teneur. A se tripoter d'une main. A tendre l'autre vers moi. Il va sans dire que j'ai plus qu’accéléré le pas pour me réfugier dans le premier bâtiment d'habitation qui s'est présenté. J'ai vu la voiture s'éloigner, et après dix minutes, j'ai osé sortir pour rentrer chez moi.

Et ce qui est terrible, c'est qu'à raconter cela, je ressens comme une honte. Je me dit " merde, je vais quand même pas leur raconter ça, ça craint !"
J'ai du mal à comprendre d'où me vient ce sentiment de honte/culpabilité, alors que je n'y suis strictement pour rien dans ce qui m'est arrivé !
Alors oui, cela aurait pu mal tourner.
Mais il n'y a rien eu, et ensuite, pas de nouvelle agression (peut-être grâce à ma prudence excessive).
Si j'exclus les "hé, t'es charmante" ' et les " allez, viens prendre un verre" dit de façon insistante, un brin agressif.( Mais, allez, on va dire que c'était de la drague lourdingue, je ne les comptabilise pas dans le harcèlement de rue).
Donc pas de quoi devenir parano au point de vouloir prendre des cours de self défense.

Sauf que.
Sauf qu'est-il vraiment nécessaire qu'un drame arrive pour une prise de conscience ?
Il n'est pas non plus sain de se positionner en perpétuelle potentielle victime.
J'ai certes un couteau dans mon sac à main (si si ...) mais c'est davantage pour me rassurer, car je ne saurais pas m'en servir.
Des années que je l'ai, ce couteau. Mais apprendre à me défendre, l'idée ne m'est venue que la semaine dernière.

Il y a quelques semaines, ce groupe de jeunes gens, entre 10 et 14 ans, sont venus squatter devant l'immeuble de mon boulot. C'était encore les vacances scolaires, donc ils s'occupaient en balançant des cailloux sur les voitures, en essayant de voler des sacs à mains, en criant sur tous les passants etc.
Au bout de deux jours de ce manège, à passer par la porte à l'arrière pour ne pas être au milieu de la meute,  je me suis rendue compte que j'étais incapable de me défendre, même s'ils n'avaient été que deux gosses.
Même un seul, bien hargneux, je ne suis pas persuadée de faire le poids.
Donc, je me cherche des cours d'auto-défense.
Pour me rassurer.
Pour parer à toutes éventualités.
Pour ne plus être dans la position de perpétuelle victime potentielle.

Clic : Un guide d'auto-défense, en attendant de prendre des cours.


lundi 3 octobre 2016

Prochainement, sur ce blog ... {carnet de voyage}

Ce blog parle principalement de food. Et de films. Quelques sorties, oui, mais le plus souvent orientés culinaires. On ne se refait pas !

Et pour ceux qui me connaissent et me suivent sur Facebook, vous savez qu' une autre passion anime ma vie ... les voyages !
Je me suis rendue compte que je n'en parlais pas sur ce blog. Alors certes, peut-être que cela fera double emploi avec les photos que je partage sur mon profil Facebook. Mais je n'y détaille pas mon périple, ni toutes mes petites réflexions au fil des jours ... bref, je compte ici recopier mon carnet de voyage.
Je vais commencer par le Japon 😍


Ce blog ... j'en ai eu quelques autres, et c'est celui qui a le moins de visites, le moins de commentaires .
Il faut dire que je ne prends plus tellement le temps de commenter les autres blogs (je vais m'y remettre !)... et que je ne fais aucunement tout le travail de comunity managment.

On peut se demander pourquoi je veux partager ici mon voyage avec si peu de monde.
J'ai envie de dire que cet espace, puisqu'il n'est pas anonyme, ne peut pas être un endroit où je peux tout dire, mais j'ai quand même envie d'y déposer une partie de ma vie, et de pouvoir revenir dessus, me relire, et sourire en me remémorant des souvenirs de voyage. Par exemple.
Et peut-être que je parlerais d'autrrs choses, aussi.
Pourquoi je parle de ca ?
#disgression

Bref.

LE post qui ne sert pas à grand chose, si ce n'est à faire un petit effet d'annonce ... et me motiver à faire ce que je dis. ( C'est bien connu. Une fois que c'est écrit, on a l'impression de s'être engagé ...et donc on se tient à sa résolution)

Et puis si ca peut aider les quelques lecteurs qui se perdent sur ces pages, pour organiser leurs voyages ☺